QUI SE PRÉOCCUPE DU DÉFICIT COMMERCIAL GRANDISSANT ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

QUI SE PRÉOCCUPE DU DÉFICIT COMMERCIAL GRANDISSANT ?

Message par Admin le Mer 2 Avr - 14:29


QUI SE PRÉOCCUPE DU DÉFICIT COMMERCIAL GRANDISSANT ?


http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/qui-se-preoccupe-du-deficit-commercial-grandissant/

Au cours de cette élection bidon (7.04.2014), qui se préoccupe du déficit commercial grandissant qui a pourtant une incidence très importante sur l’économie et sur les conditions de vie des québécois et des québécoises? (Notez que j’ai féminisé car je suis un farouche militant féministe (;-)! En trente années, de 1981 à 2013, la balance commerciale du Québec a enregistré sept (7) années de légers surplus (entre un et sept milliards de dollars) et elle a enregistrée 25 années de déficit s’étalant entre un et trente milliards de dollars annuellement. Ceci signifie que davantage d’argent (dollars canadiens) quittent le-la «Belle province» qu’il n’y a de devises étrangères qui entrent dans le-la «Pauvre province» qui accumulent déficit par-dessus déficit commercial. La balance commerciale concerne les échanges de biens et de services entre le Québec et les pays étrangers (la balance commerciale entre le Québec et les provinces canadiennes est équilibrée). Les services comptent pour peu dans ce bilan négatif. Par contre, l’échange de «biens», des marchandises, constitue la part du lion dans ce déficit léonin.

C’est comme si chacun d’entre vous, dans votre foyer, vous achetiez chaque année beaucoup plus que ce que vous gagnez en revenu (salaire et prestations). Vos cartes de crédits, votre hypothèque, et votre emprunt sur l’automobile augmenteraient chaque année plutôt que de diminuer. À la longue les prêteurs-prêteuses finiraient par augmenter votre taux d’intérêt à l’emprunt puisque votre foyer présenterait un-une facteur risque beaucoup plus élevé. Et probablement qu’après un certain temps ils cesseraient de vous prêter, sauf le-la «Shylock» du coin de la rue à un taux d’intérêt mensuel démentiel. Il ne vous resterait plus qu’à déposer votre bilan ce que l’on appelle un-une faillite personnelle (vous noterez que je féminise-masculinise mon texte dans une lutte farouche et courageuse pour la libération des femmes petites-bourgeoises fonctionnaires à la CSN, CSQ, FTQ et des organisations de la gauche montréalaise).

Les économistes péquistes sont parfaitement au courant de tout ceci et ils sont conscients de cette très grande faiblesse de l’économie capitaliste québécoise. C’est la raison pour laquelle le petit homme d’affaires fédéralo-souverainiste, monsieur Blanchet – le collecteur – et son épouse, la chef Marois, annonçaient récemment qu’un Pays du Québec «totalement indépendant après le référendum gagnant (!)» conserverait le dollar canadien à l’effigie de la Reine Élisabeth II, donnant l’urticaire aux séparatistes d’Option Nationale et de Québec Solidaire. La magouille est simple, il s’agit par ce tour de passe-passe de conserver le train économique québécois attaché au convoi canadien et de faire assumer le déficit commercial du Québec par les autres provinces canadiennes.

Inutile de dire que pas un des «économistes» patentés de Québec Solidaire et d’Option Nationale ne comprend quoique ce soit à ces mimiques d’économistes, chacun de ces partis se contentant d’affirmer que «Notre Pays du Québec on le veut et on l’aura, quoiqu’il en coûte aux ouvriers-ouvrières québécois-québécoises qui sont à n’en pas douter prêt à donner leur vie pour que Françoise, Amir et Manon commandent la République démocratique du sirop d’érable libre et en faillite».

À la décharge de ces valeureux-valeureuses patriotes-patriotes ignares-ignares (des affaires économiques) je dois dire que le-la Fédération canadienne court elle-il aussi à sa perte, moins vite que le Québec il est vrai, mais d’un bon pas cependant.

C’est que voyez-vous la crise économique systémique frappe tous les-les pays capitalistes sans distinction de statut confédéral, fédéral, républicain, monarchique, bicaméral, laïc ou islamiste, Anglican ou Mormon. Le statut juridique de le-la «Belle province» n’a absolument aucune incidence sur l’économie du Québec sauf qu’en restant dans la confédération canadienne la province en faillite peut faire couvrir ses déficits commerciaux répétitifs par les surplus commerciaux des autres provinces canadiennes (en termes de la valeur de son-sa monnaie, de son-sa cote de crédit et de ses-ses taux d’intérêts s’entend).

Ces déficits répétitifs sont les conséquences directes des accords de libre échanges signés entre le gouvernement du Canada – bénéficiant du soutien inconditionnel de monsieur «de souche» Bouchard, du pseudo-économiste Bernard Landry, de leur copain le soi-disant super économiste Parizeau et de toute la clique péquiste comprenant le petit homme d’affaires ci-haut mentionné et «PKP-la menace référendaire», en plus de Monsieur Charest «le frisé» et les économistes libéraux patentés. Conséquence directe de ces accords passés (l’accord avec l’Union européenne est encore trop récente pour avoir aggravé la situation – ça viendra, patientez) les importations québécoises en provenance de la Chine, aux salaires de misère, sont passées de 3,5 milliards CAD en 2002 à plus de 9 milliards CAD en 2013. Les usines GM et Goodyear sont fermées, en juin ce sera Electrolux et après-demain ce seront d’autres usines de la couronne Nord et de la couronne Sud de Montréal qui déguerpiront.

Ce que reflètent ces chiffres sur le déficit commercial (voir l’article des Caisses populaires Desjardins en annexe) c’est que dans la division internationale du travail impérialiste, le Québec a reçu le rôle (et les ouvriers canadiens anglophones de Timmins n’y sont pour rien) de fournisseur de matières premières et d’énergie électrique à bas prix, rôle que le Québec capitaliste remplissait adéquatement jusqu’ici. Comme la crise économique systémique – une crise de surproduction suite à l’insolvabilité des marchés mondiaux de consommation – a entraîné la réduction de la production globale mondiale, donc les minéraux, le bois, l’électricité, les produits semi-ouvrés du Québec trouvent de moins en moins preneurs à l’extérieur de le-la province, tandis que les consommateurs québécois continuent d’acheter la guenille et les pacotilles importées de Chine par Wall Mart et Target et Home dépôt pour le marché québécois (les capitalistes marchands-marchandes québécois(e)s ne contrôlent même pas la commercialisation de la guenille chinoise sur le marché du Québec) voilà un fait économique qui devrait inquiété nos indépendantistes-nationalistes alambiqué(e)s.

Tant que la côte de crédit collective nous le permettra et tant que les différents gouvernements à Québec et à Ottawa nous laisserons un peu d’argent pour consommer nous pourrons continuer à nous endetter. D’ici là, chaque niveau de gouvernement (municipal, provincial, fédéral) fera tout pour nous transférer le fardeau de leurs dettes et de leurs déficits sur le dos (y compris les stades, colisées, toit de stade, etc.) jusqu’à ce qu’il-elle ne nous reste rien pour payer, que nos yeux pour pleurer avec Manon, Françoise, Amir, les nouveaux chefs de la République du sirop d’érable.

Aucun des polichinelles en course dans cette mascarade électorale n’aborde ces questions cruciales qui préoccupent réellement les travailleurs-travailleuses qui se demandent combien de temps ils pourront continuer à vivre à crédit, menacé(e)s de perdre leur emploi, poursuivi par des créanciers-créancières voraces qui menaceront de ne plus leur prêté même à taux usuraires.

Les ouvriers-ouvrières québécois(e)s sont préoccupé(e)s de leur survie et de celui de leur famille et n’ont aucun temps à perdre avec ces salmigondis électoralistes qui ne peuvent rien pour contrer ce déclin (1).

PS : C’est la première et la dernière fois que je féminise-masculinise mes textes, soyez sans crainte. Je vais plutôt me chercher une vraie cause à mener en faveur de la libération réelle des ouvrières – des travailleuses surexploitées, celles des sweatshops des rues Saint-Laurent-Chambord à Montréal.

(1) Pour se mobiliser : https://www.facebook.com/groups/apa.montreal/


ANNEXE



Article complémentaire sur Desjardins Études économiques : https://www.desjardins.com/fr/a_propos/etudes_economiques/actualites/point_vue_economique/pv052213.pdf

Admin
Admin

Messages : 173
Date d'inscription : 24/02/2013
Age : 58
Localisation : Canada

Voir le profil de l'utilisateur http://declin-imperialiste.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum